My Blog

Les Orientales Les Feuilles D'automne Par Victor Hugo (2000)

Les Orientales   Les Feuilles D'automne

Telecharger Des Livres Audio Les Orientales Les Feuilles D'automne PDF RTF DJVU -Que vous êtes un indépendant à temps partiel ou professionnel de l'eLearning à temps plein, notre eBook gratuit peut vous aider à obtenir des idées sur les différents aspects de la profession pour l'apprentissage en ligne qui vous aideront à développer davantage votre carrière dans l'eLearning. La première chose qui vous dérange probablement avec un éditeur de PDF est la flexibilité et comment il va représenter votre entreprise. PDF Editor de JotForm est un outil fantastique de son catalogue déjà impressionnant. Il simplifie très simplement le partage de partager des fichiers PDF, ce qui peut aider à renforcer la relation et la communication entre collègues de travail. Un autre écrivain prolifique, Dumas possède un vaste catalogue d'œuvres disponibles sur internet. Que vous soyez un lecteur débutant ou expérimenté, un bibliophile de, la littérature française toujours fraîche et pertinente est littéralement à votre portée! Vous feriez des comme votre livre, définiriez et créeriez un jeu de diapositives. Votre livre Smashword dupliquera d'autres endroits si vous ne le regardez pas attentivement. Par conséquent vérifiez tout d'abord Amazon et le fournisseur natif de votre appareil, car cet ebook existe probablement également. Le téléchargement d'ebooks sur deux applications est beaucoup plus que le suivi de plusieurs software. Juste pour que vous puissiez continuer à trouver plus de livres pour aider les gens avec leurs problèmes. Vous publiez le partout SAUF Amazon.

Description du Les Orientales Les Feuilles D'automne

Telecharger Des Livres Audio Les Orientales Les Feuilles D'automne PDF RTF DJVU - L'auteur de ce recueil n'est pas de ceux qui reconnaissent à la critique le droit de questionner le poète sur sa fantaisie, et de lui demander pourquoi il a choisi tel sujet, broyé telle couleur, cueilli à tel arbre, puisé à telle source. L'ouvrage est-il bon ou est-il mauvais ? Voilà tout le domaine de la critique. Du reste, ni louanges ni reproches pour les couleurs employées, mais seulement pour la façon dont elles sont employées. A voir les choses d'un peu haut,...

Détails sur le Les Orientales Les Feuilles D'automne

Titre de livre : 370 pages
Auteur : Victor Hugo
Éditeur : Le Livre de Poche
Catégorie : Prose
ISBN-10 : 2253160598
Moyenne des commentaires client : 3.91 étoiles sur 5 120 commentaires client
Nom de fichier : les-orientales-les-feuilles-d-automne.pdf (Vitesse du serveur 21.43 Mbps)
La taille du fichier : 18.97 MB

Commentaire Critique du Les Orientales Les Feuilles D'automne

Orphea a écrit une critique à 15 juin 2010. Orphea donne la cote 120 pour Les Orientales Les Feuilles D'automne. LES FEUILLES D'AUTOMNE Ce siècle avait deux ans ! Rome remplaçait Sparte, Déjà Napoléon perçait sous Bonaparte, Et du premier consul, déjà, par maint endroit, Le front de l'empereur brisait le masque étroit. Alors dans Besançon, vieille ville espagnole, Jeté comme la graine au gré de l'air qui vole, Naquit d'un sang breton et lorrain à la fois Un enfant sans couleur, sans regard et sans voix ; Si débile qu'il fut, ainsi qu'une chimère, Abandonné de tous, excepté de sa mère, Et que son cou ployé comme un frêle roseau Fit faire en même temps sa bière et son berceau. Cet enfant que la vie effaçait de son livre, Et qui n'avait pas même un lendemain à vivre, C'est moi. - Je vous dirai peut-être quelque jour Quel lait pur, que de soins, que de voeux, que d'amour, Prodigués pour ma vie en naissant condamnée, M'ont fait deux fois l'enfant de ma mère obstinée, Ange qui sur trois fils attachés à ses pas Épandait son amour et ne mesurait pas ! Ô l'amour d'une mère ! amour que nul n'oublie ! Pain merveilleux qu'un dieu partage et multiplie ! Table toujours servie au paternel foyer ! Chacun en a sa part et tous l'ont tout entier ! Je pourrai dire un jour, lorsque la nuit douteuse Fera parler les soirs ma vieillesse conteuse, Comment ce haut destin de gloire et de terreur Qui remuait le monde aux pas de l'empereur, Dans son souffle orageux m'emportant sans défense, A tous les vents de l'air fit flotter mon enfance. Car, lorsque l'aquilon bat ses flots palpitants, L'océan convulsif tourmente en même temps Le navire à trois ponts qui tonne avec l'orage, Et la feuille échappée aux arbres du rivage ! Maintenant, jeune encore et souvent éprouvé, J'ai plus d'un souvenir profondément gravé, Et l'on peut distinguer bien des choses passées Dans ces plis de mon front que creusent mes pensées. Certes, plus d'un vieillard sans flamme et sans cheveux, Tombé de lassitude au bout de tous ses voeux, Pâlirait s'il voyait, comme un gouffre dans l'onde, Mon âme où ma pensée habite, comme un monde, Tout ce que j'ai souffert, tout ce que j'ai tenté, Tout ce qui m'a menti comme un fruit avorté, Mon plus beau temps passé sans espoir qu'il renaisse, Les amours, les travaux, les deuils de ma jeunesse, Et quoiqu'encore à l'âge où l'avenir sourit, Le livre de mon coeur à toute page écrit ! Si parfois de mon sein s'envolent mes pensées, Mes chansons par le monde en lambeaux dispersées ; S'il me plaît de cacher l'amour et la douleur Dans le coin d'un roman ironique et railleur ; Si j'ébranle la scène avec ma fantaisie, Si j'entre-choque aux yeux d'une foule choisie D'autres hommes comme eux, vivant tous à la fois De mon souffle et parlant au peuple avec ma voix ; Si ma tête, fournaise où mon esprit s'allume, Jette le vers d'airain qui bouillonne et qui fume Dans le rythme profond, moule mystérieux D'où sort la strophe ouvrant ses ailes dans les cieux ; C'est que l'amour, la tombe, et la gloire, et la vie, L'onde qui fuit, par l'onde incessamment suivie, Tout souffle, tout rayon, ou propice ou fatal, Fait reluire et vibrer mon âme de cristal, Mon âme aux mille voix, que le Dieu que j'adore Mit au centre de tout comme un écho sonore ! D'ailleurs j'ai purement passé les jours mauvais, Et je sais d'où je viens, si j'ignore où je vais. L'orage des partis avec son vent de flamme Sans en altérer l'onde a remué mon âme. Rien d'immonde en mon coeur, pas de limon impur Qui n'attendît qu'un vent pour en troubler l'azur ! Après avoir chanté, j'écoute et je contemple, A l'empereur tombé dressant dans l'ombre un temple, Aimant la liberté pour ses fruits, pour ses fleurs, Le trône pour son droit, le roi pour ses malheurs ; Fidèle enfin au sang qu'ont versé dans ma veine Mon père vieux soldat, ma mère vendéenne ! + Lire la suite.
Aeon a écrit une critique à 15 mai 2018. Aeon donne la cote 120 pour Les Orientales Les Feuilles D'automne. Lorsque l'enfant paraît Le toit s'égaie et rit. ANDRÉ CHÉNIER. Lorsque l'enfant paraît, le cercle de famille Applaudit à grands cris. Son doux regard qui brille Fait briller tous les yeux, Et les plus tristes fronts, les plus souillés peut-être, Se dérident soudain à voir l'enfant paraître, Innocent et joyeux. Soit que juin ait verdi mon seuil, ou que novembre Fasse autour d'un grand feu vacillant dans la chambre Les chaises se toucher, Quand l'enfant vient, la joie arrive et nous éclaire. On rit, on se récrie, on l'appelle, et sa mère Tremble à le voir marcher. Quelquefois nous parlons, en remuant la flamme, De patrie et de Dieu, des poètes, de l'âme Qui s'élève en priant ; L'enfant paraît, adieu le ciel et la patrie Et les poètes saints ! la grave causerie S'arrête en souriant. La nuit, quand l'homme dort, quand l'esprit rêve, à l'heure Où l'on entend gémir, comme une voix qui pleure, L'onde entre les roseaux, Si l'aube tout à coup là-bas luit comme un phare, Sa clarté dans les champs éveille une fanfare De cloches et d'oiseaux. Enfant, vous êtes l'aube et mon âme est la plaine Qui des plus douces fleurs embaume son haleine Quand vous la respirez ; Mon âme est la forêt dont les sombres ramures S'emplissent pour vous seul de suaves murmures Et de rayons dorés ! Car vos beaux yeux sont pleins de douceurs infinies, Car vos petites mains, joyeuses et bénies, N'ont point mal fait encor ; Jamais vos jeunes pas n'ont touché notre fange, Tête sacrée ! enfant aux cheveux blonds ! bel ange À l'auréole d'or ! Vous êtes parmi nous la colombe de l'arche. Vos pieds tendres et purs n'ont point l'âge où l'on marche. Vos ailes sont d'azur. Sans le comprendre encor vous regardez le monde. Double virginité ! corps où rien n'est immonde, Âme où rien n'est impur ! Il est si beau, l'enfant, avec son doux sourire, Sa douce bonne foi, sa voix qui veut tout dire, Ses pleurs vite apaisés, Laissant errer sa vue étonnée et ravie, Offrant de toutes parts sa jeune âme à la vie Et sa bouche aux baisers ! Seigneur ! préservez-moi, préservez ceux que j'aime, Frères, parents, amis, et mes ennemis même Dans le mal triomphants, De jamais voir, Seigneur ! l'été sans fleurs vermeilles, La cage sans oiseaux, la ruche sans abeilles, La maison sans enfants ! Mai 1830. + Lire la suite.
jmb33320 a écrit une critique à 29 mai 2018. jmb33320 donne la cote 120 pour Les Orientales Les Feuilles D'automne. C'est ma première expérience de lecture d'un recueil entier de Hugo. Heureusement que les annotations de l'édition Livre de Poche étaient nombreuses et pertinentes car j'aurais eu un peu de mal avec les références constantes à la situation politique de l'époque (guerre entre Grèce et Empire Ottoman, notamment). Je m'attendais à une suite de poèmes plaisamment « orientalisants » mais ce n'est pas seulement ça, loin de là. Batailles, massacres se succèdent assez violemment, dans un style épique par fois superlatif (toutes les embarcations possibles et imaginables, jusqu'à la gabarre !) dans "Canaris", une palanquée de villes d'Espagne dans "Grenade"... C'est de l'Orient au sens large qu'il est question, en miroir de ses rapports avec l'Occident. le recueil culmine avec deux longs poèmes consacrés à Napoléon 1er. J'ai ressenti le souffle hugolien, que je pensais mieux canalisé dans sa poésie que dans ses romans, mais j'ai été surpris de constater qu'il n'en est rien..
Tags: Prose