My Blog

La Vie D'Elsa Par Jean-Paul Delessard (1900)

La Vie D'Elsa

Site Telechargement Ebook La Vie D'Elsa PDF RTF DJVU -S'il s'téléchargement pour vous devez payer, entrez vos informations de paiement à l'invite. Votre CD apparaît sous la forme d'un album p orales. Vous pouvez donc sur Amazon que votre livre audio est vendu dans une catégorie différente. De plus, votre serait prêt, vous pourriez donc votre livre sound et vos CD sound. Ensuite, vous vous tourniez vers d'autre ou éditez l'audio, vous enregistriez simplement l'audio, puis publiez-le sous forme de sound et de CD sound. Vous téléchargez le fichier puis le texte apparaît dans le navigateur. Vous pouvez jouer l'audio et corriger le au fur et à mesure, sans quitter le clavier.

Description du La Vie D'Elsa

Site Telechargement Ebook La Vie D'Elsa PDF RTF DJVU - Loi numéro un : les humains et les végétaux dont nous avons appris que leurs génomes se différenciaient à peine partagent le même besoin d'une terre nourricière. Loi numéro deux : d'une terre trop maigre, trop sèche ou trop caillouteuse on ne retire que des sujets malingres, affaiblis, qui réclament des soins particuliers sans lesquels il faut craindre de les voir s'étioler. Loi numéro trois : lesdits sujets résistent mal aux attaques extérieures. Loi numéro quatre ...

Détails sur le La Vie D'Elsa

Titre de livre : 381 pages
Auteur : Jean-Paul Delessard
Éditeur : Mon Petit Editeur
Catégorie : Récits
ISBN-10 : 2342051417
Moyenne des commentaires client : 4 étoiles sur 5 1 commentaires client
Nom de fichier : la-vie-d-elsa.pdf (Vitesse du serveur 25.78 Mbps)
La taille du fichier : 25.03 MB

Commentaire Critique du La Vie D'Elsa

Fleitour a écrit une critique à 01 octobre 2016. Fleitour donne la cote 1 pour La Vie D'Elsa. La Vie d'Elsa de Jean-Paul Delessard, est un livre sombre, aux teintes estompées, la quatrième de couverture, nous dévoile 4 maximes annonciatrices de bien des drames, la loi N° 4 »les maux qui les accablent font un bruit infernal ». La photo de couverture sur ces marais en noirs et blancs, donne le frisson. La Vie d'Elsa ressemble à ces romans Irlandais où le poids des traditions, telles des vents chargées d'encres noires, plombe la vie, au fil des jours, la désagrège. " Le ciel lentement s'était assombri.  Avec le flot se développait, loin derrière l'autre rive de l'étier, tout un feston de gros nuages gris".P 37 La vision de Jean-Paul Delessard sur le monde est porté par le visage d'Elsa, une femme trop belle, orpheline, qui s'échoue dans un mariage, sans l'avoir ni rêvé ni voulu. Les premiers mots de Jean-Paul Delessard semblent glisser, sur les beautés de la presqu'île de Rhuys, nulle inquiétude encore, le monde est lissé par les bons sentiments. Puis les mots s'enrayent, se grippent sur les événements, dérapent dans la pluie, la boue et dans le coeur des époux. Marie Edmée de Roguenard, a oublié qu'une mère peut être affectueuse, valoriser Charme, parfois le sécuriser, cela ne doit pas être insurmontable pour un fils unique, l'héritier, mais aimer son enfant est pour elle une énigme. Charme au nom si frais si tendre accumule les handicaps, timide, solitaire, à peine socialisé, policé avec les bonnes manières, est immature le jour de son mariage. Jean-Paul Delessard pour mieux égratigner la mère lui a coupé sa particule pour un De, ridicule, comme pour une vulgaire roturière. La messe est dite, néanmoins, Marie Edmée va perdre pied, son fils a fait un mariage contre nature, la bénédiction se fera, dans la plus stricte intimité.. Le mariage se fige dans la morosité, le silence, l'humidité. Surveillé par Noémie, la bonne, l' espion secret de la grande Edmée, les escapades innocentes d'Elsa sont dénoncées. Charme se tait et de son silence naît une première fissure, profonde, charnelle, violente, avec le sentiment d'avoir été une proie facile, si sourdement abandonnée. Elsa est orpheline, l'abandon est vécu dans la douleur et la honte, car tout est de sa faute, elle ne mérite pas l'estime des autres, pense t-elle.  Cependant Elsa sera bien vite repérée, par d'autres hommes, "Ainsi recroquevillée Elsa avait quelque chose d'un oiseau perché. p36",  admirée, puis choisie et aimée croit-elle, Elsa sera follement amoureuse d'un homme, Yves le Gallic, et curieusement la confidente de Dominique sa femme. Étrangement, la voilà telle l'aigrette, adulée par un autre, un Artiste. Elle a trop de charmes, mais un de trop, le sien, Charme qui devient de plus en plus incapable, de gérer ses revenus, de protéger Elsa. Le roman est une forme de portrait plein d'ironie à l'encontre de l'aristocratie vieillissante, comme envers certains acteurs acharnés de la chasse au gibier d'eau, alors que la richesse de la faune limicole, de cette presqu'île est unique, Plus encore, un réquisitoire très noir, à l'égard des élus, ces nouveaux hobereaux, à ceux qui abusent de leur pouvoirs, un récit aux touches féministes, qui interroge sur les droits que les hommes accordent réellement aux femmes. Récit au goût amer, pour ces hommes, qui prennent sans protéger, qui aiment sans donner, qui fuient après avoir blessé, tous, l'aristocrate, le médecin, l'élu, le chef d'entreprise, l'artiste, tous ont pu tenir leur proie comme cette sarcelle qu'Elsa tient dans ses mains, encore chaude de vie, aucun ne semble prêt à la sauver. Entre marais et landes couvertes d'ajoncs, Jean-Paul Delessard développe une langue charnelle puisée à l'aquarelle de nos paysages brumeux, enveloppés de mythes, un pays de mystère si proche de la beauté d'Elsa. La nature omniprésente est bien l'univers qui hante ce roman, les oiseaux nicheurs et les multiples limicoles, les courlis, les chevaliers gambettes aux noms enchanteurs, accompagnent le lecteur, et redonnent une beauté sauvage à ce roman. Un beau roman pour cet automne et les jours à venir. + Lire la suite.
Fleitour a écrit une critique à 28 septembre 2016. Fleitour donne la cote 1 pour La Vie D'Elsa. Le ciel lentement s'était assombri. Avec le flot se développait, loin derrière l'autre rive de l'étier, tout un feston de gros nuages gris sur lesquels contrastaient les grands fûts gladíolés d'une haie de peupliers. Une légère brise rida la pellicule d'eau qui lentement recouvrait les vases. Il se mit à faire froid. p37.
Tags: Récits