My Blog

La Controverse De Valladolid Par Jean-Claude Carrière (-1)

La Controverse De Valladolid

Livre à Telecharger Gratuit La Controverse De Valladolid DJVU PDF -La Controverse De Valladolid ebook movie. U N La Controverse De Valladolid Book contient les mêmes informations que celles que vous auriez écrites dans un e book. Vous pouvez créer un La Controverse De Valladolid Ebookp chaud, mais au instant où vous avez votre nom, votre créativité est épuisée.

Description du La Controverse De Valladolid

Livre à Telecharger Gratuit La Controverse De Valladolid DJVU PDF - En 1550, une question agite la chrétienté : qui sont les Indiens ? Une catégorie d'êtres inférieurs qu'il faut soumettre et convertir ? Ou des hommes, libres et égaux ? Un légat envoyé par le pape doit en décider. Pour l'aider, deux religieux espagnols. Tout oppose Ginès de Sépulvéda, fin lettré, rompu à l'art de la polémique, et Bartolomé de Las Casas, prêtre et homme de terrain ayant vécu de nombreuses années dans le Nouveau Monde. Le premier défend...

Détails sur le La Controverse De Valladolid

Titre de livre : 424 pages
Auteur : Jean-Claude Carrière
Éditeur : Pocket
Catégorie : Roman
ISBN-10 : 2266054015
Moyenne des commentaires client : 3.83 étoiles sur 5 492 commentaires client
Nom de fichier : la-controverse-de-valladolid.pdf (Vitesse du serveur 28.5 Mbps)
La taille du fichier : 26.81 MB

Commentaire Critique du La Controverse De Valladolid

missmolko1 a écrit une critique à 27 avril 2014. missmolko1 donne la cote 492 pour La Controverse De Valladolid. Profitant d'un cours séjour en France pour faire le plein de lecture, j'ai déniché "La controverse de Valladolid" sur une étagère poussiéreuse d'Emmaus. Je ne connaissais ni la pièce, ni cet événement de l'Histoire. J'en ressors extrêmement contente car la pièce est bien construite et très bien écrites mais aussi profondément marqué par la description de toutes les horreurs décrites. Alors bien sur tout le monde sait comment les colons ont traités les indiens d'Amérique, mais, il n'empêche que de mettre des mots sur ces atrocités rend les choses encore pires. On ne peut qu'être profondément choqué par tout ça : cette incompréhension entre les colons et les indiens, ce choc ou deux cultures s'affrontent, cette cruauté..... Ce texte est en tout cas un bel exemple de tolérance, une belle leçon de vie. J'aurai beaucoup aimé l'étudier pendant ma scolarité mais ça n'a pas été le cas alors je suis heureuse d'avoir fait cette découverte maintenant. Pour finir, j'ai vu que cette pièce avait fait l'objet d'une adaptation à la télévision, je suis curieuse de voir comment cela a été adapté mais je pense que je vais avoir besoin de temps avant de regarder le téléfilm car j'ai encore trop en tête les horreurs et crimes commis. Lien : http://missmolko1.blogspot.f.. + Lire la suite.
Fleitour a écrit une critique à 10 octobre 2017. Fleitour donne la cote 492 pour La Controverse De Valladolid. La Controverse de Valladolid n'a peut-être pas donné son verdict en 1551, ou plus exactement au terme d'un débat ambigu, des zones d'ombre ont été laissées à l'appréciation des hommes, et des conquistadors à la conquête du Nouveau Monde, funeste erreur. Le débat opposa essentiellement le dominicain Bartolomé de Las Casas et le théologien Juan de Sepùlveda, afin que, selon le souhait de Charles Quint, serait exprimé, comment devaient se faire les conquêtes dans le Nouveau Monde, avec justice et en sécurité de conscience. De ce débat qui eut lieu sous le pontificat du pape Jules III, Jean-Claude Carrière en a fait un livre et un téléfilm magistralement interprété par Jean Carmet, Jean-Louis Trintignant, et Jean-Pierre Marielle. Las Casas, comme Juan Sepùlveda s'accordèrent sur le devoir de conversion des Indiens qui incombe aux Espagnols mais diffèrent sur le moyen d'y parvenir : colonisation pacifique et vie exemplaire pour le premier et colonisation institutionnelle où la force est légitimée par la nature même des civilisations précolombiennes, pour le second. Las Casas réplique en démontrant : la rationalité des indigènes au travers de leurs civilisations avec (l'architecture des Aztèques) ; qu'il ne trouve pas dans les coutumes des Indiens de plus grandes cruautés que celles qui pouvaient se trouver dans les civilisations du Vieux Monde (la civilisation romaine avait organisé des combats de gladiateurs) l'évangélisation et le fait de sauver les victimes des sacrifices humains n'est pas tant un devoir des Espagnols qu'un droit des Indiens. Las Casas suit la philosophie de saint Thomas d'Aquin selon laquelle une société est une donnée de la nature,les sociétés sont d'égale dignité. La conversion de force, n'est pas légitime, la propagation de la foi doit se faire de manière évangélique, par l'exemple. Las Casas publiera un livre sur les exactions des conquistadors en 1552. Ce livre, abondamment publié et commenté est à l'origine de la légende noire de la colonisation espagnole et servira d'argument moral à des puissances pour lutter contre l'Espagne. L'objectif recherché était de prendre la place de l'Espagne et du Portugal en détournant l'attention des crimes et génocides de leur propre colonisation. Dans les pays protestants, cet ouvrage servira d'argument pour présenter l'Espagne, pays catholique et monarchique, comme rétrograde et obscurantiste. Le débat intellectuel issu de la controverse de Valladolid a inspiré les lois en vigueur durant la colonisation. Charles Quint avait déjà pris un décret interdisant l'esclavage des Indiens, sur tout le territoire de son empire en 1542, l'empereur avait promulgué les « lois nouvelles » qui proclamaient la liberté naturelle des Indiens (et obligent la remise en liberté des esclaves), la liberté du travail, la liberté de résidence et la libre propriété des biens, punissant ceux qui seront violents ou agressifs envers les Indiens. Le souci sincère de Bartolomé de las Casas d'épargner les Indiens les a préservés (par rapport à l'Amérique du Nord anglo-saxonne, notamment) mais paradoxalement, il est à l'origine, non de la naissance mais de la généralisation, de la traite des noirs vers l'Amérique : empêchés d'employer les Indiens comme travailleurs forcés, les Espagnols cherchent des esclaves et nouent des contacts avec des négriers africains, portugais, génois, français… qui leur vendent sur plusieurs siècles des millions d'esclaves. À l'aube du XIXe siècle,cette thèse est contestée catégoriquement. Selon Grégoire l'accusation menée contre Las Casas est une calomnie montée de toutes pièces à partir des écrits d' Antonio de Herrera y Tordesillas. Grégoire soutient que l'accusation ne repose pas sur des sources concrètes ou vérifiables. Il y démontre également que Las Casas n'est pas soucieux de la seule situation aux Amériques, mais s'oppose, de manière globale, à toute forme d'impérialisme. Lors de ce procès, ou controverse de Valladolid on a officialisé le fait que les Amérindiens ont un statut égal à celui des Blancs. Cette décision ne s'appliquait pas aux noirs d'Afrique, dont l'esclavage n'était pas contesté. Cette pratique existait cependant avant 1551, Las Casas n'en est aucunement l'initiateur. À la suite de la position prise dans sa jeunesse, il condamne également cet esclavage, qu'il juge aussi injuste et inhumain que celui des Indiens. La récente controverse née aux Etats Unis à propos du Général Lee et maintenant de Colbert , sur le Code Noir qui régissait l'esclavage a relancé la polémique sur les vrais responsables de l'esclavage des noirs. C'est en 1685 que Louis XIV promulgue ce décret qui a pour objet de préciser les conditions des esclaves noirs au regard du droit. Des hebdomadaires en France ont largement relayé cette nouvelle controverse depuis le mois d'août 2017. La controverse de Valladolid si magistralement écrite par Jean-Claude Carrière est aujourd'hui encore d'une actualité universelle, + Lire la suite.
araucaria a écrit une critique à 14 janvier 2017. araucaria donne la cote 492 pour La Controverse De Valladolid. LAS CASAS : Adieu Aristote! Le règne d'Aristote est aboli! Aristote est un païen qui brûle au milieu de l'enfer! Aujourd'hui nous parlons au nom du Christ. La parole d'Aristote était une erreur terrible, tyrannique, infernale! Toute la philosophie chrétienne la condamne! Sépulvéda lève la main pour intervenir, il essaie même de couper le dominicain, mais celui-ci continue de plus belle, sans permettre à son adversaire de placer un mot : Que lisons-nous à chaque pages des Evangiles? Que tout homme est mon semblable, que je dois le traiter comme je voudrais qu'il me traite, et lui rendre le bien pour le mal. Les Espagnols ont jailli comme des loups au milieu des brebis, mais le Christ a dit le contraire : "Je vous envoie comme des brebis au milieu des loups!" SEPULVEDA : Mais il a dit aussi... Le cardinal une nouvelle fois, fait taire le philosophe d'un geste, tandis que Las Casas continue : LAS CASAS : Voulez-vous entendre saint Paul? L'entendre vraiment? Il saisit un papier sur sa table, y jette un coup d'oeil. Ecoutez l'apôtre : "Il n'y a pas de Juif ni de Grec, il n'y a pas d'esclave ni d'homme libre, il n'y a pas de mâle ni de femelle, car vous êtes tous un dans le Christ Jésus." Tous un! Où voit-on dans ce texte les catégories d'Aristote? Il s'approche du cardinal. Eminence, j'en aurai bientôt terminé. Je me rappelle ce que me dit une fois un vieux dominicain qui me confessait : la vérité s'avance toujours seule et fragile, le mensonge au contraire a beaucoup d'auxiliaires. Encore deux point. Il est dit : "Malheur à celui à cause de qui le nom du Seigneur a été blasphémé." LEGAT : Certes. LAS CASAS : Le nom du Christ a été maudit et blasphémé des millions de fois à cause de nous. + Lire la suite.
Tags: Roman